GGHSM - Groupement Généalogique du Havre et de Seine-Maritime

Généalogie - Onomastique - Héraldique - Paléographie - Cousinage - Entraide - Photos - Régionalisme - Le Havre . Seine-Maritime . Normandie
Bienvenue Invité, nous sommes le Ven 24 Nov 2017 - 14:00
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  GGHSM  
Forum officiel du GGHSM
Partagez | 
 

 Noces Normandes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Noces Normandes   Mar 3 Juin 2008 - 13:47

Noces Normandes


Toutes les filles ne sont pas également sûres d'être demandées en mariage; il est des circonstances indépendantes du mérite individuel, qui sont considérées comme funestes ou favorables à un prochain établissement.

La jeune personne qui, dans un repas, se trouvant sous la poutre, boit le premier et le dernier verre d'une bouteille de cidre, est certaine de se marier dans l'année, si en outre, la nappe est à l'envers et le chat de la maison sous la table.

Celle qui reçoit sa part de sept gâteaux de noces doit bientôt célébrer la sienne; mais l'infortunée qui marche par mégarde sur la patte d'un chat, est condamnée à ne pas trouver d'époux avant trois ans, et ce délai est prolongé de quatre ans, si son pied malencontreux a foulé la queue du même animal.

Quant à l'imprudente qui laisse bouillir l'eau de vaisselle et place les tisons debout dans le foyer, elle court le risque de vivre et de mourir dans le célibat.

...
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Veuve Badochet Diolovert Hardouin venantise   Jeu 5 Juin 2008 - 21:25

C’est une vieille et pauvre veuve, nommée suivant les lieux, Badochet, Diolovert, Hardouin qui se charge de ménager entre les parents de la jeune fille et ceux de l’aspirant une entrevue à l’auberge où celui-ci obtient, le verre à la main, la faveur de l’entrée à la maison.

Le jour où le futur se présente s’appelle bienvenue ou venantise.
Dans la discussion des clauses du contrat, le père et le fiancé se disputent pied à pied le terrain :

« j’y donnons point beaucoup, dit le premier, mais chongez ein brin que ch’est eine femme qu’étiont aussi prope qu’i n’y en a point de pu prope, qui raccommodera vot’ linge, qui sera comme ein vrai trésor de properté. Croyez-vous qu’cha n’valont point de l’ergent ?
- Je ne le crais point ; et pis, alle n’est guaires avenante, vout’fille ; alle n’est guaires ed’débit. M’est avis qui faut que vous mettiez vingt pistoles ed’plus ; sans cha, y aura rien de fait. »
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Dot escards ménétrier bruman rouet   Ven 6 Juin 2008 - 10:57

La dot réglée, on se donne les bonnes paroles, et l’on fête les escards par un banquet monstre, où sont prodigués le bœuf, le mouton, le porc, la volaille, le beurre, le pain, le cidre, le vin blanc et l’eau-de-vie, avec une générosité homérique.
Dans les campagnes, c’est la femme qui sert à table

Le mariage civil est accompli sans bruit, comme une formalité qui n’engage point, et les noces ne commencent que la veille du mariage à l’église, le seul regardé comme légitime.

Le matin, les parents de la future montent dans une charrette traînée par des chevaux ou des bœufs, et, accompagnés d’un ménétrier qui sonne du violon, vont chercher le trousseau chez la belle-mère pour le transférer chez le bruman (fiancé : de bru, mot qui s’est conservé en langue française, et de man, homme)

Une énorme armoire sculptée est bientôt chargée sur la voiture au-devant de laquelle, la sœur, ou tout simplement la couturière de la mariée s’assied sur les oreillers destinés au lit nuptial, tenant sur ses genoux un rouet et une quenouille, symboles des occupations domestiques

....
Revenir en haut Aller en bas
Josiane Grison †
Membre actif +
Membre actif +


Féminin
Nombre de messages : 593

MessageSujet: Cortège des mariés en Normandie avant 1914   Ven 6 Juin 2008 - 11:39


Source : Archives de Normandie


Dernière édition par Josiane Grison le Ven 6 Juin 2008 - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 11:52

Mariage pluvieux, ménage heureux dit le dicton
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 12:08

Revenir en haut Aller en bas
Josiane Grison †
Membre actif +
Membre actif +


Féminin
Nombre de messages : 593

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 12:14

Edith, je m'amuse beaucoup avec le parler normand, mais tout de même la fille à marier était vraiment traitée comme un objet dont on marchande le prix ! je ne sais pas si elle assistait à la transaction. En tous cas on se croirait au marché aux bestiaux, et l'un pourrait dire : j'l'ai r'filée pour pas grand'chose et l'autre : j'lai eu pour presqu'rien !
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 12:16

Voyez, c'est vous qui me faites rire de bon coeur maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Martine GRAVE
Membre actif +
Membre actif +
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 15:34

Bonjour à toutes et a tous,

lorsque j'étais petite et que nous allions à la campagne j'étais épouvantée par les tas de fumier devant les fermes, et mon père me disait : plus le tas de fumier est grand plus les filles de la ferme sont faciles à marier.

Mais je suis sure que l'amour et la passion existaient....

Cordialement, Martine

Edith, le bruman à toujours été utilisé par mes parents;
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 16:20

Bonjour Martine

Je viens seulement d'apprendre ce nom ( bruman )
Revenir en haut Aller en bas
Josiane Grison †
Membre actif +
Membre actif +


Féminin
Nombre de messages : 593

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 16:30

Moi non plus, je n'avais jamais entendu ce mot auparavant. Juste le mot "bru" que ma belle mère employait, quand elle parlait de moi à quelqu'un d'autre Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Christian LEGUILLON
Fondateur forum


Masculin
Nombre de messages : 5736

MessageSujet: Bruman bru mariage   Ven 6 Juin 2008 - 17:50

C'est passionnant Edith et merci Josi pour l'illustration photo ! Wink

Moi non plus je ne connaissais pas "bruman" ! Par contre quel marchandage ! LOL

Comme dit Josi, on dirait que la jeune femme était plus considérée comme un "bestiau" et par le travaill qu'elle allait bien fournir qu'autre chose ! Rolling Eyes

_________________
Fondateur forum - GGHSM 73-7850
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 18:07

Et vive le M.L.F... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 18:08

Martine GRAVE a écrit:
Bonjour à toutes et a tous,

lorsque j'étais petite et que nous allions à la campagne j'étais épouvantée par les tas de fumier devant les fermes, et mon père me disait : plus le tas de fumier est grand plus les filles de la ferme sont faciles à marier.


et l'on dit que l'argent n'a pas d'odeur ...
Revenir en haut Aller en bas
Michèle DRIEU
Membre actif +
Membre actif +
avatar

Féminin
Nombre de messages : 520

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 22:20

Bonsoir,

Vous savez Christian, la femme à l'époque , on l'épousait pour sa dot, pour le champ qu'elle pouvait apporter ou pour les bêtes; et de plus on épousait souvent un "ventre" ,comme le disait napoléon ,doublé d'une
bonne ménagère pas regardante à la tâche.

Heureusement comme le dit Edith que le MLF est passé par là

Bonne soirée
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Christian LEGUILLON
Fondateur forum


Masculin
Nombre de messages : 5736

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Ven 6 Juin 2008 - 23:22

Michèle BARRE-DRIEU a écrit:
... on épousait souvent un "ventre" ...

Quelle horrible expression ! Rolling Eyes

Malheureusement, c'était vrai car pour aider aux champs et assurer ses vieux jours il fallait bien une tripotée de gosses (puisque pas mal ne survivaient pas) et quoi de mieux qu'une femme pour faire des enfants ! Cool Wink

_________________
Fondateur forum - GGHSM 73-7850
Revenir en haut Aller en bas
Josiane Grison †
Membre actif +
Membre actif +


Féminin
Nombre de messages : 593

MessageSujet: N'oublions pas le repas   Ven 6 Juin 2008 - 23:37


Un repas de noce à Yport
Huile sur toile d'Albert Fourié
Revenir en haut Aller en bas
Martine GRAVE
Membre actif +
Membre actif +
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Sam 7 Juin 2008 - 2:21

Une autre raison de faire une demande en mariage

Demande de Paul Théophile Gravé à Aurélie Honorine Paumelle veuve Defresne, (avec tous les détails!!)

le 24 février 1908 Aurélie devient veuve, elle perd son 1er mari, Séraphin Victorien Defresne, il meurt d'un accident du travail, il la laisse seule avec 7 garçons.
Sa vie va être terrible pendant les années qui suivent.

Le 14 février 1912, Paul Théophile Gravé devient veuf avec 5 enfants, et là, lui qui avait tant trainé les pieds pour se marier la première fois, il n'hésite pas, il se fait beau, il met ses habits du dimanche, et vite il va voir Aurélie, il la connait bien : son mari était un collègue de travail, et il a admiré cette épouse courageuse, aimable, économe....et belle ce qui ne gâte rien, lui qui est marié avec une femme qui ne pense qu'a boire et oublie de nourrir les enfants.

Devant elle, il a retiré sa casquette et lui a dit avec son fort accent cauchois : Mme Victorien, ça fait quelques années que vous êtes dans la peine, vous savez que moi aussi, voudriez-vous qu'on unisse nos malheurs?

Elle a dit oui, bien sûr il était un peu rustre, mais il était réputé courageux, gentil, sobre, et avait un heureux caractère, elle, était au bout du rouleau, elle n'en pouvait plus et songeait parfois se jeter dans la citerne.

Le 12 octobre 1912, ils se sont unis, des noces pauvres, mais entourés de leurs 12 enfants.

ils se sont installés ensemble, la misère avait été telle avant que les enfants se sont tous bien entendus, les conditions de vie se sont améliorées et comble du bonheur, un "ptit fré" est arrivé, Fernand, mon père.

La famille s'est encore plus soudée autour du petit frère, ils étaient heureux et la joie était dans la maison.
mais c'était le printemps 1914 et le bonheur allait être de courte durée....

Voila, pas de dot, de marchandage, de champs, de tas de fumier! une autre raison de se marier était d'élever les enfants déjà faits!

et finalement ....ils se sont bien aimés, même si les yeux de ma grand-mère brillaient quand elle parlait de son 1er mari....
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Sam 7 Juin 2008 - 7:49

Superbe tableau Josiane, merci
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Sam 7 Juin 2008 - 7:58

Cette histoire est émouvante, Martine. Le petit frère a dû être chouchouté par l'ensemble de la fratrie.
Revenir en haut Aller en bas
Pascale L
Membre actif +
Membre actif +
avatar

Féminin
Nombre de messages : 348

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Sam 7 Juin 2008 - 9:50

Merci Mesdames pour toutes ces anecdotes
Vouis m'aidez à mieux connaître le pays de mes aieux.
Revenir en haut Aller en bas
Martine GRAVE
Membre actif +
Membre actif +
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Sam 7 Juin 2008 - 11:01

oui, Edith, il a été gaté, chouchouté par toute la fratrie, sa soeur d'Yport, même très agée avait tout dit quand elle disait " mon fré" "mon p'tit fré"

Josiane, quel beau tableau, j'espère trouver des renseignements sur ce peintre sur Internet, merci de me l'avoir fait connaitre,

cordialement, Martine
Revenir en haut Aller en bas
Christian LEGUILLON
Fondateur forum


Masculin
Nombre de messages : 5736

MessageSujet: Re: Noces Normandes   Sam 7 Juin 2008 - 11:28

Merci Josi pour ce superbe tableau (c'est tout à fait le style que j'aime)




Merci Martine pour cette superbe histoire familiale ! Elle nous rappelle étrangement ce qui se passe malheureusement trop souvent en ce moment, c'est-à-dire les familles recomposées !

Sauf que dans le cas de vos grands-parents c'était beau et l'union de ces deux là assommés de malheur est émouvante !

Maintenant les familles sont recomposées malheureusement suite à des sautes d'humeurs, engagement trop "légers" ! colères, coups de nerfs ...

Des couples sont ensembles, font des gamins et au moindre pet de travers se séparent pour reconstruire ailleurs (en faisant au besoin d'autres gamins)

Ces gamins d'ailleurs qui repronduiront le schéma de leur parents divorcés, ou séparés .. (mais bon c'est un autre débat LOL)

_________________
Fondateur forum - GGHSM 73-7850
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Pont-Audemer courtinière quenouillées   Sam 7 Juin 2008 - 12:46

Chemin faisant, la couturière distribue des paquets d’épingles aux jeunes filles qu’elle rencontre. Dans l’arrondissement de Pont-Audemer, c’est la courtinière (demoiselle d’honneur) qui présente, non pas des épingles, mais des tranches de galette aux gens de connaissance devant la porte desquels défile le cortège, et ceux-ci offrent de l’eau-de-vie aux personnes de la noce.

On prend soin de ne se marier ni dans le mois de mai, qui prédispose à la jalousie, ni dans le mois d’août, dont l’influence rend les enfants insensés.
Après la cérémonie religieuse, quand la mariée est entrée dans la maison du bruman en sautant légèrement par-dessus les barricades de rubans, de fleurs, de chapelets dont on avait embarrassé ses pas, quand le curé est venu bénir le lit nuptial, tout le monde se met à table, excepté le mari chargé de prêter secours au cuisinier dans les apprêts d’un festin pantagruélique.
La mariée fait donner aux pauvres de la soupe et des pains, et s’installe dans un fauteuil couvert d’un drap blanc. Elle porte sur le fond de sa coiffure un petit miroir entouré de fils d’argent, de rubans et de paillettes, qu’on nomme pucelage ou couronne.

Le repas est bruyant et prolongé, et le cuisinier qui l’a confectionné est assurément digne du privilège que lui accorde l’usage de mener la mariée chez les voisins, auxquels elle offre des épingles ( encore! mais que font-ils avec toutes ces épingles ?) et dont elle accepte avec reconnaissance des quenouillées de chanvre ou de lin.


Dernière édition par Edith LEVESQUE le Sam 7 Juin 2008 - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Quadrilles quenouille momons follets bidoches gambades   Sam 7 Juin 2008 - 20:00

Au retour les quadrilles s’organisent, les deux époux n’y prennent point part, mais leur occupation n’en est pas moins agréable car les danseurs tiennent à la main, qui une quenouille, qui une pièce de toile, qui une bouteille de vin, qui de la vaisselle, et ces différents cadeaux de noces pleuvent dans le giron de la mariée et du bruman.

Puis la mariée est portée en triomphe, et des momons (personnages masqués), des follets (dandies grotesques), des cavaliers montés sur des bidoches (chevaux de bois dont le corps est couvert d’une longue pièce d’étoffe) guident par leurs gambades, l’assemblée qui chante à tue-tête « Sur le pont d’Avignon, j’ai vu danser la plus belle, sur le pont d’Avignon, on y danse tous en rond. »
Revenir en haut Aller en bas
Edith LEVESQUE
Membre Animateur
Membre Animateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1895

MessageSujet: Réveilleurs charivariseur   Sam 7 Juin 2008 - 20:20

Le dîner commence, ou plutôt le repas du matin continue à cinq heures du soir. Le cuisinier, véritable héros de la fête, ouvre avec la mariée, le bal qui succède au dessert ; le bruman n’a droit qu’à la seconde contredanse. Vers les neuf heures, on entend frapper à la porte, et des voix du dehors répètent en chœur : « Sur le pont d’Avignon etc.. »

Ce sont les réveilleurs, les jeunes gens du voisinage qui demandent à entrer ; on leur ouvre, après leur avoir riposté par le second couplet de la ronde, et on leur verse du cidre ; mais la coutume leur défend d’accepter des aliments solides, et de s’asseoir au souper qui a lieu à dix heures.

On quitte encore la table pour la danse, et après minuit, la danse pour une copieuse collation. A neuf heures du matin, un déjeuner composé de beurre et de fromage, répare les forces des danseurs.

Le bruman en congédie la plupart, ne garde auprès de lui que ses amis intimes et pour terminer convenablement quarante heures de séance gastronomique, se soumet de bonne grâce aux plaisanteries de ceux qu’il a traités. On l’oblige à faire sa prière à genoux sur un manche à balai ; on lui grimpe sur les épaules ; on enseigne à l’épousée une oraison égrillarde qui commence par : « Benedicite, je me couche, je ne sais pas ce qui va me venir ; je m’en doute, etc, »

On apporte des rôties au vin, et la mariée boit et mange pendant qu’on passe sur la bouche de l’infortuné bruman le torchon qui a essuyé la vaisselle. La lassitude générale met fin à ces rudes épreuves, à ces farces grossières inspirées par les fumées du cidre et de l’alcool. Heureux encore le bruman s’il n’est pas veuf, si sa femme jouit d’une réputation intacte, car autrement des charivariseurs déguisés en loups, en ours, portant des chemises par-dessus leurs habits, affublés de cornes monstrueuses, feraient bruire à ses oreilles les colliers et les casseroles.

Vous pensez qu’après ces bombances d’ogres, les conviés s’assoupiront comme des boas ? Point : ils recommencent le dimanche suivant, ce qui s’appelle fouetter le chat en Haute Normandie, et dans le Bessin, faire le raccroc, ou manger la paille du lit de la bru.

Source: La Normandie vue au XIXème siècle - Editions Errance
Revenir en haut Aller en bas
Josiane Grison †
Membre actif +
Membre actif +


Féminin
Nombre de messages : 593

MessageSujet: Eune fière neuche ! Septime Lepipre musée Baron-Gérard Bayeux coiffes costumes   Mar 10 Juin 2008 - 14:50

"Eune fière neuche ! Aïe! Garçons !" Septime Lepipre, Collection Musée Baron-Gérard, Bayeux
Sources :Coiffes et Costumes des Pays Normands Editions Ouest-France

Revenir en haut Aller en bas
 
Noces Normandes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noces Normandes
» Danses Normandes
» Les "dynasties" industrielles Normandes.
» Le bison prend la place des vaches normandes!!!
» Le SMC aux couleurs normandes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GGHSM - Groupement Généalogique du Havre et de Seine-Maritime :: GÉNÉALOGIE :: Photographies, Dessins, Peintures :: Autres Photos-
Sauter vers: